En 1972, John Berger reçoit le prix littéraire Booker. L’entreprise Booker McConnell a fondé sa richesse en exploitant les ressources des Caraïbes durant plus d’un siècle forçant une partie de la population locale ainsi plongée dans la pauvreté à émigrer. Trouvant naturel que ce prix profite à celles et ceux qui ont contribué d’une certaine manière à son financement, John Berger annonce que la moitié du montant sera reversé au groupe Black Panthers de Londres, tandis que le reste servira à la réalisation d’un ouvrage sur les travailleurs issus des migrations d’Europe : Le septième homme.

Fruit d’une longue collaboration entre l’écrivain et le photographe Jean Mohr, qui les amènera à la rencontre d’une multitude de « septièmes hommes », ce livre est une œuvre inclassable. Si l’intention initiale visait à décrire les conditions de vie des travailleurs immigrés et encourager la solidarité internationale, les moments restitués dans le livre dépassent de loin la démarche sociologique. Tel un « ami intime », il nous raconte les vies de celles et ceux qui font l’expérience du déracinement et de la séparation d’avec leurs proches. De nombreuses photographies de Jean Mohr présentées dans l’exposition sont issues de ce travail de terrain. Tandis que les passages projetés du livre nous renvoient au rêve incessant du retour au foyer, à cette existence vécue parfois comme suspendue entre deux mondes.

John Berger, Jean Mohr

  • 1926, Londres, † 2017, Antony;
  • 1925, Genève, † 2018, Genève