NO/OG LIT

10⁠–⁠11.04.2015

Croisant le polymorphisme synthétique et la sérendipité engendré par ses pérégrinations sur les réseaux, Thomas Koenig se joue de la plasticité des matériaux pour mieux excacerber leur mutabilité formelle et sémantique. A partir d’une collecte d’objets et de divers procédés, Thomas Koenig réalise une installations dont les artefacts la composant sont rendu visible à travers des processus de transformation de la matière.