M Année Zéro

26.03.2012

Exposition inaugurale du lieu d’art collectif Rosa Brux consacrée à l’artiste française Marie Reinert et le rapport impossible qu’entretient l’adaptation de son travail au format du catalogue monographique. L’occasion de repenser ce qui dans une pratique performative comme celle de Marie Reinert rend immédiatement problématique la question de son archive. L’immersion qu’elle entreprend à chacune de ses interventions, les négociations, les compromis, les infiltrations qui participent pleinement de sa pratique et qui sont autant de moyens de se loger dans les interstices de l’ordre, du pouvoir demeurent une fois retranscrits sous forme d’archive dans un angle mort, occultés par l’objet produit : l’outil ou l’œuvre.

C’est la raison pour laquelle Marie Reinert qui est d’ordinaire peu encline à se laisser saisir sagement par des dispositifs préexistants, prend le parti de s’affranchir des configurations traditionnelles de la monographie. En proposant de dérouler le récit de ses travaux passés par le biais d’une performance / entretien improvisé(e) avec la commissaire et critique d’art Marie Frampier dans une scène composée d’outils évoquant en partie ses infiltrations passées. Un script présent lors de la performance, « emprunté » pour l’occasion à une société anonyme, archivera minutieusement en live le flux de la discussion qui sera publié prochainement sous la forme d’une édition.

Alors que la monographie se propose couramment d’asseoir le corpus d’un artiste, procédé qui est autant une manière de l’abandonner de façon raisonnable à la postérité. Marie Reinert s’ingénie ici à en déjouer les mécanismes ainsi que les horizons d’attentes, en ne craignant pas de perdre son auditoire au détour d’une parenthèse ou d’un différend historique. Les éléments maladroits ou hésitants qui sont ordinairement évacués lors de la relecture, les a-côtés, les blancs, les excursus et autres redites construiront ici le flot d’un catalogue performé, habité, vivifiant !